Trottinettes électriques à Montréal: on a testé Lime en France

Les trottinettes électriques en libre-service arrivent à Montréal à l’été 2019! Implantées en moins de 2 ans dans quelque 150 villes à travers le monde, elles connaissent un succès fulgurant… et causent certains irritants. Lors d’un récent voyage à Paris et à Lyon, j’ai testé pour vous les trottinettes Lime-S, celles-là même que vous verrez rouler sous peu à Montréal, première ville canadienne à les accueillir.

Après 12 trajets à trottinette totalisant plus de 5 heures et 46 km pour 67 euros (environ 100$) – et survivant à 1 accident –, voici le récit de mon expérience.

Première balade en trottinette électrique à Paris.

Pratiques

Je n’ai pas longtemps boudé mon plaisir en France! Elles sont partout, accessibles, invitantes. On en compterait actuellement 20 000 à Paris et on projette que leur nombre doublera d’ici la fin de l’année 2019. En un an seulement, les trottinettes électriques sans ancrage ont pris les rues d’assaut. Les trottoirs, aussi.

Elles sont juste assez rapides pour parcourir efficacement une bonne distance en ville, et juste assez lentes pour apprécier le paysage urbain, sans le moindre effort physique. Elles peuvent se substituer au vélo, au métro, au bus, au taxi, à Uber… En voyage, en plus de donner des pauses à mes pieds, j’ai découvert des rues et des quartiers à côté desquels je serais autrement passée.

Du pied de la Tour Eiffel à la butte de Montmartre en passant par les berges de la Seine, j’ai redécouvert Paris à trottinette.

Partout

Je me suis abonnée à Lime, mais j’avais le choix entre une dizaine de prestataires différents, tant à Paris qu’à Lyon. Ces entreprises comptent toutes de nombreuses trottinettes disponibles en libre-service à l’aide d’une application.

On repère les trottinettes avec son téléphone. Géolocalisés, la plupart des véhicules se trouvent à l’endroit précis indiqué sur la carte. Vous avez de la difficulté à en repérer un? Faites-le sonner! Si vous tentez d’en emprunter un sans l’avoir activé, les roues bloqueront après quelques mètres.

Avis aux voyageurs : vous devrez utiliser vos données à l’étranger pour emprunter et faire fonctionner un véhicule. Et si votre téléphone manque de batterie en cours de route, votre trottinette s’arrêtera elle aussi. Je l’ai malheureusement testé pour vous.

Pannes

Il n’y a pas qu’à Montréal où le métro est trop souvent en panne! J’ai été surprise à Lyon par un arrêt de service prolongé alors que je devais attraper un train. Pas de temps à perdre : je n’étais pas la seule dans la course aux trottinettes! Près de la station de métro, je les voyais disparaître progressivement de mon plan. Les plus chargées en premier, évidemment!

À 1 km de ma destination, ma trottinette a commencé à montrer des signes de mort imminente, même si la batterie indiquait au départ qu’elle survivrait sur une plus longue distance. Elle roulait de moins en moins vite, jusqu’à ce qu’elle s’arrête, vidée. J’ai couru les quelques centaines de mètres qui me séparaient de la gare juste assez vite pour monter dans le train.

Pause trottinette sous l’horloge le temps de prendre une photo.

Obstacles

Les trottinettes sont compactes; leurs roues aussi. Elles perdraient contre n’importe quel nid-de-poule se creusant sur le chemin. Imaginez rouler dans les rues de Montréal, quand même les obstacles les plus insignifiants peuvent représenter un danger!

Je l’ai expérimenté à Paris, alors que je traversais une intersection. Je me suis fait surprendre par la chaussée inégale et me suis retrouvée sans préavis en vol plané. Heureusement, j’ai réussi à atterrir sur mes pieds et à exécuter quelques pas à la course pour éviter le pire. Ma trottinette a quant à elle violemment piqué du nez avant de s’effondrer bruyamment sur l’asphalte.

Mon conseil : faites attention à la chaussée de Montréal. Elle sera traître!

En trottinette dans la Presqu’île de Lyon, téléphone en poche.

Comment ça fonctionne?

Démarrer

On repère une trottinette libre et chargée sur l’application, puis on scanne le code QR sur le guidon. On se donne un petit élan avec le pied et c’est parti! On accélère à droite, on freine à gauche et on n’a pas de troisième main pour les selfies! Le casque est obligatoire, mais parmi les centaines d’utilisateurs que j’ai croisés en France, aucun n’en portait. Plus rapides en Europe, les trottinettes sont limitées à 20 km/h à Montréal. Elles seront beaucoup plus lentes si vous tentez l’ascension du mont Royal.

Payer

On paie à la minute, incluant celles où on s’arrête en la réservant, le temps de prendre une photo ou de faire un achat. À Montréal, le tarif est de 1$ pour démarrer et de 0,30$ par minute. On peut déposer des fonds dans l’application, ou porter les frais à notre carte de crédit.

Terminer

On gare sa trottinette sans ancrage là où c’est permis et on prend une photo de celle-ci. Si on s’apprête à l’abandonner dans un endroit interdit, l’application avise l’utilisateur qu’une amende lui sera imposée. À la demande de l’app, on évalue la qualité de notre trajet, puisqu’il arrive régulièrement que des trottinettes soient fonctionnelles, mais pas en parfait état. Le trajet et le coût sont ensuite affichés.

Remboursement

J’ai contesté par courriel des frais chargés à ma carte de crédit pour deux trottinettes que j’avais supposément activées, sans parcourir de distance. J’ai constaté le problème en consultant mon historique dans l’application. Je ne sais pas s’il s’agit d’une erreur de ma part ou de l’entreprise. Lime m’a toutefois répondu rapidement et remboursée sur-le-champ. En cas de problème, je vous souhaite la même qualité de service.

À Montréal

En France, plusieurs passants se plaignent du fléau. Avec raison. Elles sont électriques, silencieuses. Et puisque les conducteurs de trottinettes sont souvent indisciplinés, elles peuvent surgir de n’importe où dans la rue, sur le trottoir ou dans un parc. Déjà que les automobilistes et les cyclistes ne sont pas reconnus pour être particulièrement courtois à Montréal, imaginez quand on ajoute des trottinettes dans ce chaos!

S’inspirant des essais et erreurs des autres villes, où leur utilisation est anarchique, Montréal lance son projet pilote avec des balises strictes. Depuis son droit d’implantation le 6 juillet 2019, Lime, dont Uber est actionnaire, a l’exclusivité de ce mode de transport. C’est pour le moment la seule entreprise pour laquelle la Ville a délivré un permis d’exploitation. Gageons que la compétition ne tardera pas à envahir les rues!

Un règlement municipal encadre notamment le stationnement des trottinettes. Seuls les supports à vélo (déjà encombrés dans plusieurs quartiers), certains coins de rue (4 trottinettes maximum pourront être stationnées là où sont aménagées des zones de dégagement de 5 m) et des aires de stationnement désignées pourront les accueillir. Pas de chance de retrouver une trottinette dans le tunnel Ville-Marie ou sur les marches de l’Oratoire!

Pour rouler légalement à Montréal, il faut entre autres…

  • Être majeur (et avoir un permis de conduire)
  • Voyager solo (interdiction de transporter un passager, voire plus si vous osez)
  • Circuler là où c’est permis (autorisé seulement dans les rues de 50 km/h max et les pistes cyclables)
  • Tenir à sa tête (casque obligatoire)

Marilaine Bolduc-Jacob

Marilaine Bolduc-Jacob

Ne la cherchez pas sur son divan : elle s’y pose rarement. Marilaine ne tient pas en place! Quand elle n’est pas ailleurs dans le monde, elle est partie en escapade. Passionnée d’écriture et de voyage, elle choisit d’investir dans les souvenirs. Elle a visité une quarantaine de pays, le plus souvent avec son mari et ses deux garçons énergiques. À Montréal et dans les environs, toute occasion est bonne pour sortir en famille ou entre amis. Elle raconte ses voyages sur voyagedansnosbagages.worpress.com

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close