Islande : 9 jours hors des sentiers battus

image_pdfimage_print

C’était mon rêve depuis des années : partir en Islande. Je l’ai fait cet été et la réalité a dépassé mes attentes. Je suis partie 12 jours en juillet dont 9 en trek.

Je suis partie avec une agence (voir un peu plus bas la partie « Avec qui partir » pour en savoir plus sur l’agence).

Il y a de quoi être sous le charme de ce bout de terre volcanique perdu en pleine mer : les paysages sont magnifiques, les contrastes de couleurs sont incroyables, on vit 4 saisons en 1 journée, les paysages sont très diversifiés et sauvages à souhait.

Là-bas, la nature est brute et sans compromis. Elle se donne toute entière dans sa beauté la plus pure : geysers, fumerolles, caldeiras, trolls (morceaux de lave pétrifiée), chutes d’eau, sources d’eau chaude, glaciers, etc. Grâce à une géothermie très active, un même endroit peut être différent d’une année à l’autre.

En arrivant, j’ai passé la journée à Reykjavik. C’est une jolie petite ville côtière à taille humaine. J’y ai mangé de très bons poissons dont la spécialité, þorskur, à base de cabillaud et de patates. J’ai passé la nuit à l’hostel Kex, situé juste en face de la mer. Très bien situé, il est abordable pour le prix (n’oublions pas que la vie en Islande est très chère), propre et calme. Il y a des petits concerts parfois le soir.

Quelques restos sympas et pas trop chers à Reykjavik : Salis Valka (spécialité de poissons), café Babalu (crêpes), Road house (on y mange de bons burgers, ambiance USA avec une touche Islandaise), le resto de l’hostel Kex (bons plats typiques).

Des must à visiter à Reykjavik : Harpa (salle de concert avec une architecture particulière qui joue avec la lumière), Musée National d’Islande (parfait pour avoir une bonne idée de la culture et l’histoire Islandaise), le port avec ses petits cafés sympas, l’église Hallgrimskirja, le sentier qui longe l’océan avec la sculpture Solfar (qui représente un bateau).

Quelques spécialités à goûter absolument : poisson fumé, þorskur, morue, hareng, saumon, mouton, skyr (fromage blanc Islandais – on en retrouve au Québec depuis peu).

Le lendemain, le trek commençait. On est venu me chercher à l’hostel et on a pris des petites routes pour rejoindre le groupe de randonneurs. 2h en 4×4 à rouler et traverser des petites rivières puis arriver finalement dans des endroits superbes.

Tout au long du trek, j’ai marché avec 3 groupes différents car l’agence combine différents circuits donc mix différents groupes. C’est toujours agréable de rencontrer de nouvelles personnes et partager avec elles la découverte du pays. Ces moments forts et intenses en petits groupes (max 10 personnes) font partie du trek et c’est une des raisons pour lesquelles j’aime tant ça!

J’ai marché avec des randonneurs qui venaient d’un peu partout dans le monde : Afrique du sud, États-Unis, Suisse, France. Un bel échange interculturel et parfois, des amitiés.

J’ai dormi dans 3 refuges (Hvanngil, Dalakofinn et Strutur). Et nous portions uniquement nos sacs de la journée. C’est bien appréciable d’avoir un sac léger pour marcher. Le 4×4 nous amenait d’un refuge à l’autre avec toutes nos affaires.

J’ai également fait de belles rencontres avec des Islandais qui tenaient le dernier refuge. Ils le font de façon bénévole. On a partagé de bons moments avec eux. D’un abord un peu froid, les Islandais sont chaleureux et accueillants.

Quelques lieux magnifiques vus lors de notre trek :

  • Une partie du sentier Laugavegur (c’est le seul sentier fréquenté que nous avons foulé).
  • Montagnes : Hekla, Laufafell, Strútur, Maelifell (cette montagne est particulière : on peut y voir 3 formes de visages)
  • Source chaude de Strutslau
  • Lac de Hólmsárlón
  • Rivière de Hólmsá
  • Glaciers : Mýrdalsjökull
  • Caldeira de Torfajökull – Hrafntinnusker
Terre de contrastes aux couleurs changeantes
Végétation philonotis
Les fameux trolls
Vue sur le glacier
Sur le glacier
Voyez-vous les 3 visages ?
Linaigrette
Encore du philonotis
On se croirait sur la Lune !
Sources d’eau chaude
Fumerolles

Quelques particularités :

  • La météo : on peut retrouver les 4 saisons en 1 journée, d’où l’importance de prévoir une tenue en conséquence (prévoir plusieurs couches). Allez jeter un œil à l’article Les must pour faire un trek. L’été dans les hautes terres, la journée, il fait entre 5 et 15 degrés (proche de 0 degrés sur un glacier).
  • La végétation : le sol est mou la plupart du temps. Eh oui, l’Islande étant une terre volcanique, c’est de la lave sous nos pieds, qui a durci évidemment. On marche aussi souvent sur de la mousse. Très agréable pour les pieds! Le philonotis, cette végétation verte fluo mi-mousse mi-algue qui retient des gouttelettes d’eau comme des petits diamants. La linaigrette est une fleur de coton blanche. Avec le vent, on dirait que cette fleur est tout le temps décoiffée!
  • Les animaux : on y croise beaucoup de moutons en liberté (des blancs et des noirs). Ils sont lâchés en pleine nature tout l’été puis rassemblés tondus et mangés l’automne. Pour les passionnés d’ornithologie, c’est parfait! Beaucoup d’oiseaux à observer : lagopèdes, bruant des neiges, courli corlieu, grand corbeau, oies sauvages, canards, cygnes, macareux, etc.
  • Les couleurs et leur contraste : un vrai plaisir pour les yeux! Des montagnes jaunes, rouges, vertes, marrons, beiges, un désert de sable noir sur une quarantaine de km (entre 2 glaciers), contrasté avec les névés de neige, le philonotis vert fluo le long des cours d’eau, les lacs verts ou turquoise ou encore les sources d’eau chaude avec de la glaise gris-bleue (silice). De toute beauté!
  • La lumière : le ciel est souvent ponctué de nuages avec des percées de soleil. Et quand ces percées illuminent une partie de montagne, c’est splendide! L’été, il n’y a pas d’obscurité totale. Le soleil se couche mais il reste une semi-obscurité. C’est assez déstabilisant de constater qu’à minuit, il fait « encore jour »! Les couchers de soleil y sont magnifiques!

Avec qui partir ?

J’ai fait le trek avec une agence spécialisée dans les circuits hors sentiers battus : Fjallabak.

Le trek que j’ai fait est dans les Hautes terres, au sud de l’Islande entre 2 glaciers.

L’agence Fjallabak a été fondée, il y a 48 ans, par un globe-trotter Français, Philippe Patay, passionné de voyages, de découvertes et de trek. Maintenant à la retraite, c’est sa fille qui a repris l’agence, d’une main de maître. Philippe est littéralement tombé amoureux de l’Islande. C’est rare aujourd’hui de trouver des agences si compétentes et professionnelles où les gens qui y travaillent ont à cœur leur métier et le font avec passion. Ce qui m’a séduit par-dessus tout : l’agence a gardé son âme et a résisté à la tentation commerciale.

Le guide, Yoan, connaît l’Islande comme sa poche (il la parcourt de long en large depuis 10 ans et est lui aussi tombé amoureux de cette île!) et nous a amené dans des endroits magnifiques, sauvages, reculés, où on ne croisait personne. Parfois, on retrouvait des pas d’anciens de ses groupes datant de plusieurs semaines voire plusieurs mois. En plus d’être compétent, efficace, drôle, sympathique et à l’écoute de chacun de nous, il nous cuisinait de super bons plats. Moi qui aime tant le poisson, je me suis régalée avec des sandwiches au gravlax de saumon ou encore un souper de joues de morue! Bref, j’ai adoré notre guide!

L’Islande, je pourrais en parler encore longtemps mais il faut que je m’arrête à un moment donné! Il faut la voir de ses propres yeux pour s’imprégner de toute sa beauté.

Dès que j’ai commencé le trek, je me suis dit « je vais y retourner un jour, c’est sûr! ». Je ne sais pas quand mais je sais que ce sera avec l’agence Fjallabak 🙂

Si vous y allez, mettez vos commentaires, je suis curieuse d’avoir vos impressions!


Stéphanie Dorémus

Stéphanie Dorémus

Stéphanie est mère de 2 jeunes enfants. Originaire de France, elle vit au Québec depuis une dizaine d’années. Elle a la piqûre du voyage depuis qu’elle est enfant et aime partager ses découvertes. Que ce soit un trek au Maroc, un road-trip en Californie, un séjour en famille en Nouvelle-Écosse, quelques nuits chez l’habitant sur le lac Titicaca au Pérou ou encore un week-end en camping au Québec, Stéphanie est curieuse de découvrir de nouvelles expériences, de nouveaux pays, de nouvelles cultures ou encore des endroits méconnus.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close