Les must pour faire de la rando hivernale – 2e partie : un bon équipement et une bonne préparation

image_pdfimage_print

Une randonnée dans nos belles montagnes du Québec l’hiver, ça ne s’improvise pas ! Ça prend des vêtements adaptés, un bon équipement et une bonne préparation.

Voici quelques trucs basés sur mon expérience 🙂

Dans cet article, j’aborde l’équipement et la préparation. Allez voir l’autre article où je parle des vêtements adaptés.

Mon équipement pour la rando hivernale

Un bon équipement

Un incontournable que vous devez avoir en permanence dans votre sac à dos : des crampons! Que ce soit à la fin de l’automne avec un peu de glace et une fine couche de neige, en plein hiver avec une bonne poudreuse ou encore à la fin de l’hiver avec une neige molle et humide, ils vous seront toujours bien utiles pour éviter les chutes et pour bien grimper dans les montées. Et ça ne prend pas de place dans un sac. Ceux que j’utilise sont des Hillsound et j’en suis très contente!

Notez que les sentiers très fréquentés ou moyennement fréquentés sont tapés. Les raquettes sont donc inutiles. Mais si vous faites une rando après une bordée de neige et que vous ouvrez le sentier ou encore que le sentier est très peu fréquenté, amenez vos raquettes. Les miennes sont des Atlas et vu que je les ai achetés cette année, je n’ai pas encore eu l’occasion de les tester.

Les bâtons, certains sont pour et d’autres trouvent cela inutile. Pour ma part, je les trouve bien utiles dans les montées (l’effort est mieux réparti bras/jambes) et dans les descentes (ça évite les chutes et ça soulage les genoux). Je les utilise à toutes les saisons d’ailleurs. Mes bâtons sont des Gabel.

Le sac à dos est très important : vous le portez tout au long de la rando alors il doit être confortable et respirant. Peu importe la taille, ajustez-le bien pour que vos hanches portent le plus de poids plutôt que vos épaules. Le mien est un Osprey. Je l’ai payé assez cher mais il devrait m’être utile à vie.

Côté repas, collations et boissons, je m’apporte toujours un thermos avec un plat en sauce qui garde mon repas bien au chaud. C’est tellement agréable d’avoir quelque chose de chaud dans l’estomac l’hiver, ça réchauffe instantanément! Pensez aussi à des soupes, c’est parfait car ça hydrate bien.
Je m’apporte 2 grandes gourdes en thermos. Ainsi l’eau ne gèle jamais. C’est plus lourd dans le sac mais c’est bien pratique. Pensez à vous hydrater souvent. L’hiver, avec le froid on sent moins la soif.

Pour les collations, des fruits secs sont l’idéal. Je m’amène un mélange du randonneur (amandes, raisins secs et autres noix) et du chocolat noir. Là aussi, pensez à en prendre souvent pour vous donner de l’énergie.

Important, en cas d’urgence :

• ayez toujours une trousse à pharmacie avec vous. On veut éviter de l’utiliser mais il suffit d’une fois ! Dedans, pensez à mettre une couverture de survie.
• un briquet
• une lampe frontale
• un couteau suisse
• de la corde

Ces objets peuvent être particulièrement utiles pour les randos solos, ce que je fais parfois.

Autres objets utiles et pratiques : recharge portable de téléphone cellulaire et appareil photo. Ce dernier m’a été bien utile lorsque l’écran de mon téléphone cellulaire est devenu noir en haut d’une montagne à cause du vent glacial.

Un truc que j’ai essayé pour garder le téléphone au chaud : je l’ai mis dans une chaussette en laine que j’ai mise dans la poche de mon polaire. Mon téléphone a moins souffert du froid mais c’est contraignant quand on veut prendre souvent des photos : on ne veut pas passer son temps à dézipper toutes les couches pour prendre le téléphone cellulaire. Disons que cette solution est pratique pour pouvoir utiliser le téléphone en cas d’urgence.

Une bonne préparation

Il est important de bien repérer le départ du sentier. Il m’est arrivé de me tromper de départ car j’ai suivi Google maps qui m’a envoyé au mauvais endroit. Pour être sûr du départ, allez toujours vérifier l’adresse sur le site web de la montagne ou du sentier.

Assurez-vous que le sentier est bien balisé. C’est particulièrement important pour les personnes qui font de la rando solo et lorsqu’on fait une rando après une bonne bordée de neige ou encore s’il y a du brouillard ou qu’il neige. En effet, les balises peuvent être cachées par la neige ou le brouillard.

Des applications telles que Alltrails ou Ondago peuvent être bien utiles (à condition que le cellulaire soit bien chargé). Sinon, rien ne vaut une carte en papier et une boussole !

Avant de faire la rando, allez vous renseigner sur des groupes de randonnées Facebook (on peut y trouver des petits détails qui peuvent faire une grande différence) et bien sûr, sur le site web du sentier ou de la montagne (ou passez un coup de fil).

Ayez une bonne idée du temps et du kilométrage du sentier et vérifiez toujours les conditions météorologiques. L’hiver, une rando est toujours plus longue qu’en été en raison de la neige et de la glace.

Ne surestimez jamais vos capacités physiques. On se fatigue plus vite avec le froid, faites souvent des petites pauses (pas trop longues pour ne pas se refroidir).

Écoutez votre intuition et votre raison. Si vous sentez que vous manquez de temps pour finir une randonnée car la nuit va bientôt tomber, rebroussez chemin.

Si vous faites une rando solo, informez au moins 2 personnes de votre entourage du lieu où vous allez et envoyez leur un petit message quand vous commencez, pendant la rando et à la fin pour les rassurer (si vous avez du réseau évidemment).

Et vous, avez-vous des trucs à partager sur l’équipement et la préparation ?

Allez lire l’autre article qui aborde les vêtements adaptés 🙂

Bonne rando !


Stéphanie Dorémus

Stéphanie Dorémus

Stéphanie est mère de 2 enfants. Originaire de France, elle vit au Québec depuis une dizaine d’années. Elle a la piqûre du voyage depuis qu’elle est enfant et aime partager ses découvertes. Que ce soit un trek au Maroc, un road-trip en Californie, un séjour en famille en Nouvelle-Écosse, quelques nuits chez l’habitant sur le lac Titicaca au Pérou ou encore un week-end en camping au Québec, Stéphanie est curieuse de découvrir de nouvelles expériences, de nouveaux pays, de nouvelles cultures ou encore des endroits méconnus.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close