Une famille québécoise aux Émirats Arabes Unis… leur histoire

Nos racines sur 4 continents est un blogue pour les voyages en famille. Cet article nous parle de l’expérience familiale de Ève aux Émirats Arabes Unis. Elle publie ce blogue qui est le fruit de trois passions. Passion, d’abord et avant tout, pour ses trois enfants, nés en 2006, 2011 et 2014. Passion pour les voyages, qui nourrissent sa vie depuis sa tendre enfance et qu’elle a appris à adapter à la réalité de maman. Et, finalement, passion pour l’écriture et les échanges…elle se dévoile ici à travers son expérience aux Émirats Arabes Unis.

Pour commencer, pourriez-vous nous parler un peu de vous et votre famille ?

Je me prénomme Eve, je suis Québécoise, et d’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé voyager. Pendant ma jeunesse, j’ai vécu une première expérience d’expatriation en Allemagne avec ma famille d’origine. Je crois que cette expatriation familiale a contribué à faire de moi une personne ouverte sur le monde, qui aime vivre de nouvelles expériences et découvrir différentes cultures (merci à mes parents!). Mon mari, que j’ai rencontré sur les bancs de l’Université, est d’origine française. Avant même la naissance de nos enfants, nous avons commencé à bâtir notre vie sur deux continents. Nous avons donné naissance à notre premier fils à Québec, le deuxième est né aux Émirats Arabes Unis (où nous avons été expatriés trois ans) et notre petite dernière a vu le jour, deux mois trop tôt, à notre retour dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. C’est sa naissance prématurée qui est à l’origine de notre blogue. Lors de sa longue hospitalisation, c’est en replongeant dans nos souvenirs de voyages que nous sommes demeurés unis, forts et positifs. Aujourd’hui, nos trois enfants sont en pleine santé et nous profitons de toutes les occasions qui se présentent à nous pour découvrir le monde en famille.

Vous avez vécu aux Émirats Arabes Unis pendant trois ans avec deux enfants. Comment a été la vie de famille là-bas ?

Nous avons adoré nos trois années d’expatriation aux Émirats Arabes Unis. Ce fut l’occasion de découvrir de nombreux pays en famille, de resserrer les liens qui nous unissent. Mon fils aîné a été scolarisé dans un lycée francophone libanais, il y a appris l’arabe et, surtout, l’ouverture à la différence. Mon fils cadet y est né dans des circonstances difficiles, alors que nous étions loin de nos proches. Heureusement, nos inquiétudes ont été de courte durée! Nous vivions au bord de la mer, dans un décor digne d’une carte postale. J’y retournerais n’importe quand… surtout qu’en ce moment, l’hiver s’installe peu à peu au Québec! 😉 En même temps, c’était une vie que nous savions temporaire, une bulle légèrement en dehors du temps. Nous avons profité au maximum des avantages de la vie d’expatriés, sachant que nos proches et nos emplois nous attendaient à notre retour.

‘’Un peuple ancien dans un pays neuf’’ : ainsi aiment à se décrire les Émiriens. La modernité de Dubaï et d’Abu Dhabi est effarante. Avez-vous un exemple concret ?

La modernité est sans doute ce qui fait la renommée des Émirats. Les projets y sont toujours grandioses, repoussant les limites humaines et financières. C’est le côté des Émirats qui est le plus souvent véhiculé dans les médias et qui, dans une certaine mesure, repousse certains voyageurs qui n’y voient que l’aspect superficiel. Pourtant, les Émirats ne se résument pas aux immenses tours et à l’opulence, on y trouve aussi des beautés naturelles et un charme historique qui demeurent méconnus. Les déserts, les wadis, les souqs traditionnels, les paysages montagneux et les îles paradisiaques sont des images malheureusement peu diffusées au sujet des Émirats. Pourtant, ce sont les images qui demeurent les plus représentatives, à mes yeux, de ce pays.

En quoi cette expérience a modifié votre façon de vivre et de voir les choses ?

Je pense que j’ai toujours été relativement ouverte aux autres, mais mon expérience aux Émirats m’a permis de rencontrer plusieurs cultures à la fois. Lors d’un souper entre amis, il n’était pas rare de voir tous les continents représentés. Ce mélange de cultures, de langues, de religions et d’expériences est définitivement un aspect des Émirats qui me manque profondément.

Quels sont les 3 sites à voir absolument (votre top 3) ?

Question difficile, il y en a beaucoup! Définitivement le désert de l’Empty Quarter pour apprendre à conduire dans le sable, admirer le coucher du soleil sur les dunes de sable et dormir dans le calme absolu.

L’émirat de Fujairah, pour ses nombreux sites historiques, ses wadis, ses paysages montagneux, ses plages et ses fonds marins extraordinaires pour les amateurs de plongée.

L’île Sir Bani Yas, qui héberge une réserve d’animaux sauvages. Elle abrite plus de 10 000 animaux en liberté, dont l’oryx d’Arabie, des gazelles et des girafes. Nous y avons vécu un safari extraordinaire en famille.

Les Émirats vivent largement en fonction de la charia et des préceptes de l’islam. Les femmes étrangères ne sont pas tenues de se voiler, elles sont autorisées à conduire, mais tout cela avec des normes strictes. Quel a été votre plus grand choc culturel de ce pays en tant que femme ?

Les Émirats Arabes Unis et, plus particulièrement, l’émirat de Dubaï, sont très tolérants envers les touristes et les expatriés. À Dubaï, les chocs culturels sont peu nombreux. L’alcool n’est pas autorisé partout (mais on en trouve facilement), les démonstrations d’affection en public sont à proscrire et mieux vaut s’en tenir à une tenue sobre dans certains lieux plus traditionnels (mosquée, souk). Mais très sincèrement, je ne peux pas dire que j’ai vécu un grand choc à Dubaï. Le plus grand choc est probablement de constater l’écart entre les normes et les pratiques en vigueur. En revanche, dans certains émirats plus traditionnels (ex. Sharjah) et d’autres pays à proximité (Oman, Qatar), j’ai parfois ressenti certains inconforts en me promenant seule, sans toutefois me sentir en danger.

Un fait méconnu des Émirats Arabes ou un endroit caché à découvrir ?

Il y en a tellement! La plupart des gens croient que ce pays se résume à sa démesure et son aspect clinquant, mais il incarne tellement plus! Je suis d’avis que les Émirats offrent de nombreuses possibilités de découvertes et d’expériences uniques. Mon endroit préféré demeure le désert, mais en dehors des circuits organisés. Nous aimions beaucoup nous y rendre en famille pour regarder le soleil se coucher en faisant un pique-nique dans les dunes. Nous avons aussi adoré notre découverte des piscines naturelles à Hatta, un endroit que nous avons eu du mal à trouver, mais qui reste gravé dans nos mémoires.

Sur votre blogue vous parlez beaucoup de voyage en famille, quels sont vos meilleurs conseils pour voyager avec des enfants ?

Ne pas trop se prendre la tête ou transférer nos propres peurs à nos jeunes. Les enfants sont, de façon générale, beaucoup plus ouverts que les adultes à sortir de leur routine et ils s’adaptent facilement dans la mesure où ils sentent que leurs parents sont confiants. À mes yeux, il faut trouver le bon dosage entre la planification et l’improvisation. Une bonne façon d’y arriver est de les faire participer à chacune des étapes du voyage : la planification, le choix des activités, la création de l’album souvenir…

Questions éclairs ! 

Vous avez aussi voyagé dans plusieurs pays quelle est votre destination préférée? 

Je ne peux pas répondre à cette question en parlant d’une seule destination. Je dirais que nos destinations les plus marquantes sont, à ce jour, les Émirats Arabes Unis, le Sultanat d’Oman, la Jordanie, la Corée du Sud, la Tunisie, Hawaii et l’Australie. Ce sont des destinations qui sont plus exotiques pour nous, en raison de nos origines nord-américaines et européennes. En revanche, notre premier contact avec l’Amérique du Sud a été un peu plus mitigé, mais c’est une destination que je me sens prête à redécouvrir.

Votre destination de rêve? 

L’Afrique est un continent que j’aimerais découvrir davantage… Mais pour être franche, je ne suis pas difficile à convaincre lorsqu’il s’agit de partir en voyage. J’ai toujours envie de découvrir de nouveaux endroits et de retourner vers des lieux qui m’ont marquée auparavant.

Dans ma valise j’apporte toujours…

Un bikini, une petite robe noire, un roman et mon ordinateur portable…




Singapour: escale dans la Suisse de l’Asie

Souvent choisie par les voyageurs comme une étape sur le chemin vers une autre destination, Singapour est aussi considérée comme la ville la plus chère du monde (d’où son surnom la Suisse de l’Asie.)  Elle sait aussi conjuguer comme aucune autre ville architecture moderne et végétation.  

Notre ami Patrice Lavoie a eu la chance de visiter Singapour et nous l’avons interviewé pour connaître ses impressions sur ce cadre de vie intriguant.

Avais-tu beaucoup voyagé précédemment, si oui à quels endroits?

J’ai voyagé en Espagne, en France, aux États-Unis beaucoup, en Tunisie et je suis allé à deux reprises au Niger, en Afrique de l’Ouest, où j’ai réalisé deux missions en Afrique pour Relations publiques sans frontières. Mon voyage à Singapour et en Thaïlande était mon premier séjour en Asie du Sud-Est.

Singapour se distingue des autres pays d’Asie du Sud Est par sa richesse, tout est cher… as-tu des exemples?

Tout est extrêmement cher. Je me souviens d’être allé prendre un verre avant le souper avec deux amis, et la facture : 100 $ pour 3 verres. Disons que ça calme les ardeurs. Notre hôtel-boutique, minuscule, a aussi coûté les yeux de la tête.

À Singapour c’est interdit de mâcher du chewing gum, de cracher par terre, de nourrir les oiseaux, de jeter des papiers par terre…comment as-tu senti toutes ces interdictions ?

C’est magnifique, c’est au-delà du propre, je dirais même aseptisé. On a parfois l’impression de marcher dans des rues complètement neuves, comme si l’usure du temps n’avait pas d’emprise sur ce pays. Assez particulier.

Ton top 3 des sites à voir absolument ?

Naturellement, d’emblée, il faut dormir au moins une nuit au Marina Bay Sands, un chef d’œuvre architectural. Oui, il y a la plus longue piscine sans fin au monde qui trône au sommet de l’hôtel, juxtaposé en porte-à-faux sur les trois tours, mais tout le complexe est renversant de beauté et d’ingéniosité. Le Casino valait le détour également.

Le complexe avec les arbres extérieurs, tout droit sorti d’Alice au pays des merveilles. De plus , les jardins Gardens by the Bay sont gratuits. Seuls l’accès aux serres et aux sommets des arbres sont payants.

Juste marcher dans les rues, les yeux au ciel. L’architecture vaut le détour.

Ton plus grand choc culturel?

Je n’ai jamais vu un pays aussi propre. Presque incroyable. Et j’ai été surpris par le nombre d’expatriés. Dans certains endroits, je n’avais même plus l’impression d’être en Asie du Sud-Est.

Que recommanderais-tu à quelqu’un qui voyage à Singapour?

Comme c’est très cher, je recommande de passer seulement 3 ou 4 jours là-bas et de maximiser son déplacement avec un plus long séjour en Thaïlande, au Vietnam ou un autre pays à proximité. Et une fois à Singapour, il ne faut pas essayer d’économiser! Assumez que ça va coûter cher, payez-vous au moins une nuit au Marina Bay Sand (même à 500$ la nuit), laissez-vous charmer et profitez-en au maximum. On n’y va qu’une fois!

 

On dit qu’il y a la plus belle piscine au monde à Singaour, c’est vrai?

Oui, c’est renversant de beauté. Malheureusement, c’est difficile d’y relaxer en raison des centaines de touristes qui, armés d’un selfie stick, multiplient les poses dans la piscine. Je me souviens d’avoir été décontenancé par le fait que personne ne semblait apprécier la magnifique vue ou la beauté des lieux, mais que tous semblaient plus intéressés à se mettre en scène.  C’était surréaliste.

Questions éclairs

Ton prochain voyage?

Tokyo, Tel-Aviv ou Berlin

Dans ma valise j’apporte toujours…

Le strict nécessaire. Mon but est d’essayer de voyager partout avec un simple carry-on.

Quelques mots sur Patrice L.

Patrice est le directeur des affaires publiques de Loto-Québec et il est aussi reconnu pour son engagement dans des causes humanitaires. En plus de ses missions en Afrique pour Relations publiques sans frontières, il a notamment été le visage québécois de la Fondation Movember Canada pendant de nombreuses années et a participé à de nombreux défis têtes rasées au profit des enfants de Leucan.

Vous pouvez le suivre sur sa page Facebook ICI.




Plongée dans les eaux chaudes de Bali à 28°C !!!

Plonger avec Némo, Dory et tous les autres c’est possible et facile ici à Bali. Bali est reconnu comme une des meilleures destinations de plongée au monde. Quand on pense qu’on peut y plonger à l’année et que l’eau est à 28 C, ça donne envie de l’essayer ! On a le choix parmi 3 destinations tout près de Ubud (Bali, Indonésie) pour faire son baptême de plongée ou sa certification  (SSI ou PADI) ou pour faire simplement du snorkling.

À vélo, à pied ou en charrette !

Les île Gili ! Il y a 3 îles, laquelle choisir ? Ça dépend de votre  »beat »…En résumé Gili Trawangan est plus  »party », Gili Meno est plus calme et Gili Air est un mélange des 2.  Mon choix s’est arrêté sur Gili Air et j’ai fait mon baptême de plongée au Manta Dive. C’est à environ 4-5 heures de la ville de Ubud. Très professionnel, notre instructeur Bastien (de Paris) a su me mettre en confiance. Je me sentais comme dans un aquarium: tortue, poisson-perroquet, poisson-scorpion etc…J’ai tellement eu la piqûre que je suis retournée le matin suivant pour explorer un autre coin et j’ai eu de la  »chance » dit mon instructeur car j’ai vu un requin à pointe noire !!!  Ce centre de plongée est aussi un hôtel. L’endroit est idéal pour relaxer à la piscine et est situé à 50 mètres de la plage. Les chambres sont propres et j’attribue une mention spéciale pour la douche extérieure.

Épave USAT Liberty

À environ 2 heures de Ubud, le village de pêcheurs Amed est reconnu en autre pour ses plages de sable noir et sa production artisanale de sel.   On se sent dépaysé dans la mer aux eaux cristallines tout en ayant une vue sur le volcan Agung.  La plongée ou le snorkling est facile car les baies sont abritées du vent et des vagues,  on part de la plage en quelques coups de palme pour aller explorer directement l’épave USAT Liberty.  Il faut savoir qu’il y a 2 centres de plongée avec proprio québécois , vous pouvez donc passer au Jepun Divers ou Amed Buddha pour plus d’information.

volcan Agung Plage Amed Bali

 

Plongée avec le poisson lune

Nusa Lembongan est une île située au sud-est de Bali. La présence tout au long de l’année de raies manta ainsi que la possibilité de voir régulièrement le poisson lune (Mola Mola) sont les raisons qui attirent le tourisme. On me dit que le centre de plongée Bali Diving Academy a une équipe très professionnelle francophone et on peut y faire son open water en 4 jours. Plages de sable paradisiaques, villages typiques et il y a aussi une grande mangrove à découvrir. Il est à noter que la compagnie Scoot Fast Cruises se rend directement aux îles Gili pour un trajet de 2h00.Poisson lune Nusa Lembongan