5 trucs pour participer à un rallye dans le désert du Maroc (Roses des Sables)

Il faut savoir que le Trophée Roses des Sables est un rallye raid 100% féminin qui se déroule sur les pistes marocaines dans le désert. Il s’agit d’une course de distance et non de vitesse. Les équipes, munies d’une boussole et d’un carnet de route, doivent se rendre d’un point A au point B en parcourant la plus courte distance possible. Chaque année il y a entre 150 et 200 équipes qui se lancent dans cette aventure en circuit hors piste. Notre équipe s’appelait les  »Angry girls » !!!.

1. Est-ce que c’est cher de participer à ce défi dans le désert du Maroc ?

Il faut ramasser près de 25 000$ Can, c’est beaucoup de fric ! Le financement c’est le plus difficile. Mais c’est aussi une partie essentielle de l’expérience. Il fallait se mettre rapidement à la recherche de commanditaires (oh merci !) et organiser des événements pour ramasser le fameux cash. Ça nous a pris 6 mois avec une campagne de financement intensive, à coups de zumbathon, quillothon, tirage, vente de chocolat…J’avoue que je faisais juste ça, c’était très intense et ça m’a permis de connaître ma co-équipière Caroline davantage (puisqu’on se connaissait que très peu à l’époque).

2. Les journées ressemblent à quoi ?

Disons c’est de 5h30 am à 10h00 du soir.  Notre rituel du matin…Lever à 5h30…Caroline s’occupait de faire le check up du 4 X 4 et faire un ménage dans le camion qui était en bordel ! Moi pendant ce temps là j’allais au meeting de Road Book pour les derniers détails de la journée. Ensuite le départ se faisait selon notre classement vers 8h00 am. Chaque jour pendant 7 jours, à bord de notre 4X4 , on s’orientait dans le désert avec notre Road book et notre boussole. C’est une navigation à l’ancienne (lire SANS GPS !).  Tout au long de l’étape il y a des contrôles de passage (les fameux CP)  où l’on valide notre parcours. Si on oublie un CP, ce sont des points qui s’envolent donc une chute au classement.

Douze à quinze heures d’orientation et de conduite dans les circuits hors piste. On s’arrête vite vite pour prendre une photo…et on mange des M & M car ça fond pas dans le désert !  Une fois arrivée au bivouac, on mange, on boit du vino pour ensuite s’écrouler dans nos sacs de couchage tout en vérifiant si il y a pas d’ami qui nous attend  (lire scorpion) dans notre lit. Et on recommence cela pendant 7 jours ! On accourt voir le fameux classement à chaque soir à la porte de la grande tente bivouac.  »On est où dans le classement ? On va être plus sur la coche demain … »

3. Le jour où un Touareg a rit de moi

Les paysages sont inoubliables surtout  les dunes. L’ultime  »défi » pour les participantes ! C’est aussi le jour où les Touaregs nous regardent s’ensabler jusqu’aux essieux. C’est comme si c’était un spectacle pour eux. Et quand ça ne va pas trop bien pour les participantes, alors ils nous proposent leurs services d’experts mécano-pousseux de char (en négociant un montant d’argent bien sûr). On a profité pour jaser avec l’un d’entre eux quand notre moteur chauffait et faisait des  »ballounes ».  »T’as pas peur de te faire snapper les orteils par un serpent, tu es nu-pieds dans les dunes » dis-je avec tout mon sérieux. Là, j’ai vu que ma question n’avait pas d’allure car il a éclaté de rire.  »Pas de danger, les serpents ça ne vit pas dans les dunes de sables ». Ah, bon ! je vais me coucher moins niaiseuse ce soir 🙂

4.Ça donne quoi, pourquoi tu fais ça ?

Bonne question…Il faut avoir le goût du dépassement, du dépaysement et beaucoup d’énergie ! Je voulais me retrouver seule avec moi-même, je devrais dire plutôt vivre entre filles une expérience unique. C’est une rencontre avec soi-même. C’est vivre à 100 miles à l’heure car on peut passer de l’euphorie à la crise de larmes dans la même journée, s’épuiser physiquement et émotivement. T’as pas le choix de t’entendre avec ta partner, ça passe ou ça casse. J’ai vécu des choses avec elle que je n’avais pas vécu avec mes meilleures amies, tout est en accéléré. J’ai été chanceuse, j’ai pogné le jackpot, avec mon amie Caroline ça été une expérience qui nous a lié pour la vie. J’ai choisi la meilleure coéquipière/pilote au monde (mais ça je le savais pas avant de partir)  et moi mon rôle était de nous guider dans le désert en tant que copilote en chef !

5.Tu veux y retourner ?

N-oui…si c’était pas des 25K, j’essayerais de faire celui de l’Argentine ou Cap Femina pour les rencontres moins dans le rush et l’adrénaline avec les gens du désert. J’ai vraiment trouvé le rythme très fatiguant, plus que je m’avais imaginé. La route de retour après le rallye (car il faut rapporter le camion en France) est longue…trop longue quand on vient de vivre un truc semblable. Pour l’Argentine, on prend le 4 X 4 sur place donc pas de grand trajet AVANT et APRÈS le rallye, ce qui est à considérable pour ma part. Pour le rallye Cap Femina il y a un volet plus culturel et solidaire qui semble intéressant. Bref, une expérience qui a marqué ma vie et qui m’a donné un lien fort avec mon amie Caroline 🙂

Voici un petit vidéo parce qu’une image vaut mille mots.

 

 




Rallye dans le désert du Maroc-La Rose des Sables