Adieux de Sultanahmet

Les derniers jours de notre périple s’achèvent dans les rues de la vieille Istanbul. Pas de plans précis, on flâne et on savoure l’instant présent.

Nous aurons aussi un belle finale avec un super souper avec nos amis français – Christine, Frank, Cécile, Renaud (les grands) et Lysange, Mathis et Robin (les jeunes) sous le pont Galata!

Bye bye Istanbouboule!

 Balade sur le Bosphore.

 Bazar Egyptien

 Illusion d’optique avec une porte du grand bazar.

 Manu et un ami chat.

 Ambiance près du pont Galata

Superman devant la Mosquée bleue

 Nous et notre ami PSY

 Pas de doute, Daho a grandi cet été!

Manu et Lysange 

 Sous le pont Galata. On voit bien les cannes des pêcheurs.

 Une dernière mousse avec mon ami Frank. Santé!

La gang infernale! Lysange, Manu, Mathis, Daho et Robin.




Aventures en Cappadoce

Nous nous joignons à un circuit organisé du groupe Nomade aventures, une agence française qui offre des tours « aventure » destinés aux familles.

Tout est pensé pour nous: hébergement, transport, activités, heures et contenu des repas! Les partenaires de voyage aussi sont inclus. Dans notre cas, ça sera 2 familles (nous serons donc 5 adultes et 5 jeunes) avec un guide d’expérience, Adem.

En Cappadoce, nous logerons dans un hôtel troglodyte, chez Nazim, et dans un ancion monastère. Les journées sont bien remplies, physiques, toujours sous un soleil écrasant, lire 40 degrés. Maman j’ai soif!

Chaque jour, nous partons à la découverte des paysages irréels de la Cappadoce, ses cités souterraines, ses monastères dans la pierre, etc.

Les jeunes ont vite fait de se lier. Et d’avoir de drôles d’idées. Comme remplir un trou de roches. Trou qui s’avère être le conduit qui mène direct au dessus de la douche d’une des chambres troglodytes… Imaginez la surprise de la fille qui découvre un gros tas de pierres là où aurait pu être sa tête!

On aura beaucoup d’échanges intéressants, les gens sont simples et ouverts.

Bref, une expérience unique dans un cadre exceptionnel. Les images parlent d’elles- mêmes…

Voyez vous les trous? Notre chambre est dans l’un de celui-ci!

Notre chambre troglodyte à Manu et moi

La vallée d’Ihlara. Un paradis.

En âne, à cheval, en charrette… 

Tous les transports équestres auront été mis à contribution dans ce voyage.

Des moutons et leur berger improvisé!

Pause après 4 heures de marche. Mon partenaire de bière est la, avec nos Efes (canettes bleues).

L’ombre se fait rare! Imaginez à 40 degrés…

C’en est trop pour les 2 plus jeunes!

Paysages irréels et fabuleux.

Le raisin de Cappadoce produit de bons petits vins et font une belle collation en balade.

Adem notre guide nous explique les dessous de la vie dans la roche. 

Ici, nous sommes dans la partie église.

Adem aide Manu à grimper dans les « marches »

Une photo de moi pour prouver que je participe au voyage!

Un ancien canyon.




Antalya, tu nous manqueras!

Après une course contre la montre pour attraper le seul bus avec des sièges encore disponibles qui nous mènerait d’Ouledeniz a Antalya, nous voici rendus après 4 heures de route (et quelques jets de lave main citronné distribués par l’intendante du bus) dans cette ville joyeuse et lumineuse.

C’est ici que nous aurons eu le plus d’occasions de se rapprocher des turcs et d’apprécier leur poignée de main solide, leur fierté, leur convivialité, leur humour!  Étonnamment, Martin se fait régulièrement aborder en turc. Avec son regard franc et ses yeux clairs, il ressemble à un turc de la mer noire lui a-t-on dit. Côté format Mart se fond aussi très bien à la mêlée.

Ainsi, nous logeons dans la vieille ville, Kaleici, dans une belle pension ottomane de 17 chambres aux toits mansardés. Dans la cour intérieure, la piscine est bienvenue par les 31 degrés quotidiens. Compte tenu des murs de pierres d’époque autour, on la soupçonne d’avoir été creusée à la main.

Une fois passé les échoppes de bijoux, de tapis et de fausses sacoches Michael Kors, ce secteur vibre d’une histoire riche et encore palpable à chaque coin de rue, avec ses demeures historiques restaurées, ses hammams vieux de 700 ans et autres précieux vestiges. Le soir, les cafés et bars dans petites rues pavées et les jardins intérieurs s’animent et nous donne le goût d’y revenir en amoureux !

On découvre donc la ville à pied, en tramway, en bateau, et on s’offre même un tour de calèche disco. Le soir, on déniche des restos sympathiques et on plonge dans l’ambiance de la place, que du plaisir!
On a aussi eu l’idée de prendre le bus local pour aller voir un festival de sculptures de sable le long de Lara beach.

Nous sommes débarqués trop tôt, avons-nous découvert au terme de 4 km de marche sous un soleil de plomb. En cours de route, je m’informe à une famille qui pique nique de la direction à prendre. Tout en me donnant moult informations en turc, la dame me tend avec enthousiasme un morceau de sandwich, que j’accepte (j’ai lu que c’était impoli de refuser). Je n’avais juste pas remarquée les traces de bouchées déjà mâchouillés. Ben coudond, c’était quand même délicieux.

Finalement, arrivés à destination, le coût d’entrée est exorbitant et les 100 sculptures annoncées sont dissimulées dans un enclos de bâches. Aussi invitant qu’un four à broil….
On choisit plutôt de se louer des parasols et des chaises et de jouer dans les vagues. Bon choix.

Les vacances de Martin s’achèvent ici alors que je me prépare avec les 2 ptits boys a entamer la 3ème et dernière phase du voyage avec un groupe organisé, style club aventure version française pour aller découvrir l’Anatolie centrale. Rendez-vous en Cappadoce!

Promenade en calèche disco. 

Un port craquant.

La chambre des gars dans la pension.

Rue de vieille ville.  On doit se méfier des motos électriques qui ne font pas de bruit!

Rempart de la ville et rendez-vous de ces messieurs.

L’artère du centre ville est séparée par des palmiers.  

Notre piscine.

Une de ces places cool.

Une autre

Souper mémorable et ben du fun avec les serveurs.

L’heure du thé aux pommes

On a vraiment eu du plaisir avec notre sympathique serveur

On a marché un méchant bout appâtés par de potentielles sculptures de sable. 

Mes gars ont gardé le sourire.

Des escargots s’agrippent aux plantes.

Coin louche pour se rendre au festival des châteaux de sable.

Rue de jour

Ambiance géniale le soir. A deux pas de notre hôtel.

Une autre super soirée. Ce n’est qu’un au revoir!




10 choses étonnantes de la vie turque

1. Beaucoup de turcs ont les yeux clairs.

2. Le thé turc n’est pas cérémonieux comme je le croyais. Une poche de thé noir Lipton, longuement infusée, avec 2 sucres. On le boit dans un verre au lieu d’une tasse. Voilà!

3. J’ai fait quelques hammam. Conclusion: il y a l’expérience style Spa (version touriste) et L’authentique, qui se rapproche davantage d’une séance de torture. Ils te sablent chaque recoin de peau avec un gant de crin brut et te rentrent les doigts dans des muscles insoupçonnés en te massant sous la mousse. Mais on en sort assurément ragaillardis.

4. Les bus longue distance, c’est le luxe total (et pas cher). Véhicules neufs, grands sièges confos, climatisation, écrans personnels, lunch, boissons chaudes…

5. Les hommes s’assument. J’en ai vu avec des masques d’argile en train de se faire manucurer. Ils se promènent bras dessus bras dessous, se font la bise, portent du rose…

6. Beaucoup de mots turcs se déchiffrent très bien en français: polis, otobus, taksi, otel, kuafor  Les toilettes turques (un trou dans le sol), c’est plutôt rare! Mais il y en a!

7. Les toilettes turques (un trou dans le sol) se font rare mas on en retrouve encore.

8. En Turquie, à l’aurore, l’appel a la prière se fait entendre. Que tu sois dans un village reculé ou dans une grande ville. Ici, les nombreuses mosquées vont tous lancer leurs chants et pas nécessairement en même temps. Quelqu’un peut peser sur snooze svp? 

9. La Turquie est très fleurie. Ils créent de grandes plates bandes fantaisistes avec des designs originaux. Ils ont aussi une compote de roses délicieuse. 

10. Comme en Grèce, le melon d’eau est traditionnellement servi après le repas.