Havane, Cuba: 10 conseils pour en profiter

Cuba est très populaire auprès des québécois, principalement par sa proximité et ses tout inclus abordables. On a eu le goût de plonger au cœur de la Havane (vol direct au départ de l’aéroport YUL pour moins de 500$), le temps d’une semaine de vacances, hors des sentiers battus.  Voici nos 10 conseils pour en profiter.

 1. Entrez en contact avec la population cubaine

Tous les visiteurs rencontrés, court ou long séjour, nous ont confirmé ce que nous avons constaté: la gentillesse des gens.

2. Logez dans une casa particular

Une casa particular, ici, c’est l’équivalent d’une auberge ou bed and breakfast, bref  des hébergements accessibles et authentiques. Airbnb demeure une excellente  source de références et il est moins cher de réserver en ligne. Par contre, ne comptez pas vous faire de la bouffe, à moins que vous ne vouliez plumer votre propre poulet.

Notre coup de cœur à la Havane: Las Maletas.  Notre chambre, idéalement située au centre de la vieille ville donne sur le balcon à droite.

Les déjeuners des casas particular sont un vrai buffet! Fruits et jus frais, oeufs et viande, pain et confiture et riche café, voilà ce qui est typiquement servi.

3. Apportez des bouchons d’oreilles

Si vous êtes dans l’action, ici, les bâtiments ne sont pas très isolés contre le bruit.  On vous recommande donc de prévoir des bouchons d’oreilles.  Au cas.

4. Suivez des cours de salsa ou autre danse latine

Voilà une formidable façon de rencontrer des cubains et d’autres touristes curieux de la culture comme vous.  Notre coup de cœur : La Casa del Son et ses dynamiques profs!

Cours de danse en groupe ou privé dans de belles grandes salles lumineuses à Casa del Son.

5. La suite logique aux cours… sortez danser!

Ici, 7 jours sur 7 vous trouverez des endroits pour pratiquer vos pas.  Notre préféré: le Club 1830, un bar en plein air sur le bord de l’eau dans le quartier Vedado, soit env. 10$ en taxi de la vieille ville.

6. Perdez vous dans les rues

Perdez-vous sans inquiétude dans les rues pour découvrir le quotidien des gens. Ils vous salueront et oui, si vous êtes une fille soyez prête à recevoir une cargaison de compliments et quelques sifflements.  Si un cubain insiste pour vous accompagner dans votre promenade, dites que votre amoureux fait la sieste à l’hôtel.

7. Prévoyez votre trousse de pharmacie

Toujours un bon plan, peu importe la destination.  Vous trouverez tout pour recréer une complète trousse de soins ICI.

8. Choisissez un taxi d’époque

Pour joindre utile agréable. Pas plus cher qu’un taxi jaune standard en plus!   Et pourquoi ne pas essayer les vélos-taxi?  Négociez  le prix avant la course.

9. Préférez l’argent canadien

Vous trouverez facilement banques et guichets dans les secteurs commerciaux.  Le retrait est facile avec une carte de crédit (déposez de l’argent pour éviter les frais), mais ne fonctionnait pas avec nos cartes de débit.

Avec le CUC (la devise pour les touristes) vous pourrez acheter même si les prix sont affichés en CUP (argent local), les gens accepteront votre devise de touriste, il faut juste diviser par 25. Exemple 100 CUP équivalent à 4 CUC.   Pensez aussi à avoir de petites coupures de 10 ou 20 CUC.

10. Faites une détox d’Internet

Internet demeure accessible, vous pourrez vous acheter des cartes pour 2$ à 5$ pour 2 heures en moyenne (tout dépend si on l’achète à la ETECSA ou à l’hôtel ou à un vendeur itinérant).  Mais ça reste intermittent et peut être lent.  Évitez les mauvaises surprises de frais d’itinérance en  mettant vos données cellulaires à off. Bref, concentrez vous sur l’essentiel et surtout, vivez à fond le moment présent!




Marketing ou propagande à Cuba ?

On le sait, Cuba est un pays communiste et a une économie à 2 vitesses; une part de la population en contact avec les devises étrangères et qui vit très correctement et l’autre partie de la population qui doit se contenter d’un salaire mensuel de 20 CUC /mois (soit environ 20$ US par mois).

Et le marketing (mon métier dans la vraie vie) dans tout ça ? Au dire de plusieurs Cubains à qui j’ai posé la question, du marketing c’est de la propagande…. mmm perception intéressante…

Je me suis mis donc mis en tête d’expliquer au gérant de mon école de danse que s’il y avait une annonce devant la porte de son école, bien plus de gens seraient au courant de son offre de service. Pour identifier l’école?  J’ai dû demander à une amie de photographier le devant de l’école afin que je puisse savoir où se donne ces fameux cours de salsa (besoin de facilité l’accès pour le consommateur).

La devanture de mon école

Les escaliers qui mènent à la classe de salsa

Et mon argument qui tue ? Il fera beaucoup plus $$$. Résultat du gérant ? Pas de réaction, nada, niet ! J’y comprends rien… mais dans ma grande naïveté je n’ai jamais compris que cette école était illégale et ainsi ne paie pas d’impôts au gouvernement, bien oui j’aurai dû y penser nous aussi au Québec on connaît ça le marché noir !

Ma porte de sortie…le journal lui, il y a aucune pub, c’est donc une opportunité! Mon prof d’espagnol m’explique que la pub dans les journaux est inexistante et qu’un journal, ce n’est pas fait pour ça… c’est de la propagande me dit-elle.  V’lan encore une fois je me fais dire que je fais de la propagande!

Mon prof d’espagnol, avec qui j’ai de bons échanges

Aucune trace de publicité!

J’aime mieux donc la conversation avec une amie cubaine qui me demande de régler son problème d’ordinateur, car elle sait que je travaille en marketing … je lui demande pourquoi ? Elle me dit c’est ça le marketing, de la pub sur les cellulaires et les ordinateurs, donc : tu es une experte en informatique… mmm pas certaine mais j’aime mieux cette perception de mon travail… experte en informatique.

Ma famille d’adoption cubaine. Des gens formidables qui me considèrent comme une experte… en informatique!